Climathon 2017 – le Centre de crise face au changement climatique

Planification d'urgence
Ce 27 octobre 2017, un hackathon de 24 heures est organisé simultanément dans plusieurs grandes villes du monde sur la thématique du changement climatique mondial : le Climathon 2017. Le Centre de crise agit aussi face à ce risque pour notre société.

Collaboration nationale face aux changements climatiques 

La Commission Nationale Climat (CNC) a adopté en décembre 2010 la « Stratégie Nationale d’Adaptation ». Cette stratégie prévoit notamment l’élaboration d’un Plan National d’Adaptation (PNA).

Le Plan court sur la période 2016-2020, avec une évaluation intermédiaire en 2018 des actions définies. Celui-ci se décline à 3 niveaux :

  • Un Plan national comme coupole,
  • Une contribution fédérale pour toutes les actions qui relèvent des compétences de départements fédéraux,
  • Des plans régionaux décrivant pour chaque Région les actions qui relèvent de leur compétence

 

Rôle actif du Centre de crise

Le Centre de crise participe à ce Plan national d’adaptation aux changements climatiques afin de définir plus précisément le risque concret pour le territoire belge.

L'objectif est d’améliorer d’une part la cohérence entre les mesures de gestion et de prévention pour les plans d’urgence (et d’intervention) influencés par les changements climatiques, et d’autre part leur coordination, tant au niveau fédéral que régional, provincial et local. Si des incidents ou catastrophes liés au climat (comme des feux de forêts ou des inondations par exemple) se produisent, l'objectif est d'atténuer les dommages aux personnes, à l'environnement et aux infrastructures en prenant des mesures préventives et en assurant une bonne gestion des crises.

Cette démarche est réalisée en concertation avec de nombreux partenaires : les départements régionaux et fédéral de l’Environnement,  les Centres de Crise régionaux, les experts académiques ou encore l’IRM.

Un regard est également porté sur la zone frontalière avec nos pays voisins, particulièrement le Benelux qui entame également des actions dans ce cadre.

Cette analyse se base sur l’analyse scientifique du projet Cordex.be qui décline au niveau belge la démarche internationale.  

 

Tendances à suivre

En ce qui concerne les risques spécifiques identifiés pour la Belgique, des tendances se dessinent mais nécessitent encore une analyse plus approfondie des différents partenaires concernés avant de pouvoir servir les objectifs précités.

Pour exemples de tendances :

  • Augmentation des températures (particulièrement dans les villes) : 

Augmentation des vagues de chaleur en nombre, en intensité et en longueur

Avec impact sur les cultures et manque d’eau (diminution des nappes souterraines)

Avec augmentation des pics de pollution

  • Augmentation des précipitations (particulièrement en hiver)
  • Augmentation des tempêtes (particulièrement en mer)  

 

Face à ces tendances, citoyens, organisations privées et autorités publiques, tous peuvent être les acteurs de leur sécurité en renforçant au quotidien leur résilience. Convaincu de cette approche adoptée avec ses partenaires, le Centre de crise renforcera dans les années à venir son implication dans le développement de la résilience de la société pour contribuer ensemble à la sécurité de tous.