30/11/2017 – Retour sur l’exercice de grande ampleur simulant des attentats terroristes multisites

Planification d'urgence
Plans d'urgenceTerrorismeExercices
Le 30 novembre 2017, le Centre de Crise (SPF Intérieur) a organisé, en collaboration avec les Services fédéraux auprès des Gouverneurs de Liège et du Brabant wallon, un exercice de gestion de crise testant le Plan d’urgence national en cas d’attentats ou de prises d’otage terroristes. Cet exercice de grande ampleur a eu lieu sur les sites de Liège Airport et de la Base militaire de Nivelles. Il a permis de tester à la fois les aspects opérationnels sur le terrain et les aspects stratégiques à tous les niveaux concernés.

 

Un scénario complexe : des attentats multisites

Lors de cet exercice du 30 novembre, une attaque terroriste suivi d’une prise d’otages dans un bus transportant des voyageurs ont été simulés à Liège Airport. Cet événement était fictivement suivi de près par un autre attentat terroriste ainsi qu’une prise d’otages lors d’un événement public organisé à la Base militaire de Nivelles. Suite aux enquêtes judiciaires immédiatement ouvertes ainsi qu’aux informations récoltées et analysées par l’ensemble des services de police et de renseignements concernés, la menace de nouveaux attentats sur différents sites stratégiques n’était pas à exclure. Tel était le scénario complexe qui a conduit l’ensemble des autorités et services concernés à tester ensemble leurs plans et procédures d’urgence.

 

Du stratégique à l’opérationnel : retour sur de nombreux éléments testés

Outre les aspects opérationnels pour les services d’urgence et d'intervention réellement déployés sur le terrain, le scénario prévoyait aussi de nombreux défis stratégiques. Comme prévu dans le plan d'urgence, les Cellules opérationnelles au niveau des Gouverneurs de Liège et du Brabant wallon ainsi que la Cellule de gestion et la Cellule d’information réunies au Centre de Crise été activées.

A la fin de cet exercice, les participants ont pu faire part de leurs premières impressions à chaud face à cette gestion collégiale et complexe de crise :

  • Le passage de phases provinciales à Liège et en Brabant wallon à une phase fédérale a très bien fonctionné : la collaboration étroite entre les autorités provinciales et fédérale ainsi que les contacts relatifs aux opérations judiciaires et policières ont été salués par les différentes acteurs concernés.
  • Tous les services ont assuré une prise en charge responsable de leurs compétences, assumant leurs actions en coordination avec la Cellule de gestion, tout en veillant à filtrer les informations utiles dans une meilleure gestion du flux d’informations. Le portail de sécurité ICMS du Centre de crise a permis de faciliter cet échange d’informations entre tous les acteurs de la gestion de crise.
  • Face à une telle situation d’attentats multisites, la complexité réside aussi dans l’importance pour toutes les Cellules activées de disposer d’une même image de la situation.
  • Cet exercice a également mis en avant l’importance de disposer d’une infrastructure opérationnelle et technique optimale pour faciliter la gestion de crise.   
  • Les communicateurs des différentes autorités et services concernés ont pu tester leurs procédures et actions d’information de la population grâce à une pression médiatique et citoyenne simulée, démontrant l’importance de communiquer en crise.

Sur base notamment des observations des évaluateurs et de tous les participants, une évaluation minutieuse de cet exercice sera prochainement réalisée. Celle-ci permettra d’actualiser et d’améliorer si nécessaire les plans et procédures d’urgence en cas d’attentats ou de prises d’otage terroristes.