Vers une société plus sûre dans l’intérêt du citoyen

DG Centre de Crise
Actions menées en 2014 et perspectives pour 2015.

Le Centre de crise veille avec ses partenaires 24h/7j à la sécurité civile et policière.

Chaque citoyen contribue également pour sa part à sa sécurité en s’informant sur les risques et en se préparant face aux crises.

C’est donc ensemble, autorités et citoyens, que la sécurité au quotidien ou en crise est prise en main.

 

Voici un aperçu des principales actions menées dans cette optique par le Centre de crise en 2014.

Gestion de crises

Attentat au Musée juif

Le 24 mai 2014, un attentat a eu lieu au Musée juif de Belgique à Bruxelles. Le Centre de crise a assuré la coordination entre les services de police et de renseignements et avec la communauté juive pour assurer des mesures de protection adéquates.

Lutte contre Ebola

Le Centre de Crise a collaboré en 2014 avec le SPF Santé publique pour suivre la situation et le risque, ainsi que les initiatives prises, notamment une coordination nationale Ebola. La prise en charge d’une personne malade sur le territoire belge, le rapatriement d’un Belge depuis les régions touchées ou encore le suivi des vols vers l’Afrique et arrivant à l’aéroport de Bruxelles-National ont été abordés avec l’ensemble des acteurs concernés. Le Centre de Crise a également collaboré à la stratégie de communication (www.info-ebola.be).

Planification d’urgence et exercices

Plan d’urgence contre la pénurie d’électricité

Dans le cadre du plan national contre la pénurie en électricité, le Centre de Crise a analysé avec ses partenaires concernés l’impact d’un éventuel délestage. Des mesures de sécurité ont été prises afin de protéger les infrastructures nécessaires pour l’approvisionnement en électricité du pays. Le système Early Warning System (EWS) a également été utilisé en 2014 pour informer des partenaires privés de menaces à l’encontre des infrastructures de télécommunication et d’électricité. Le Centre de Crise a par ailleurs collaboré au lancement de la campagne d’information Off-On qui donne de nombreux conseils et initiatives pour diminuer la consommation d’énergie.

42 exercices Seveso

Face au risque SEVESO, le Centre de Crise a organisé 42 exercices pour des sites SEVESO « seuil haut » en 2014 et ce, en collaboration avec les services de planification d’urgence des gouverneurs concernés. Des fiches standardisées ont été rédigées pour chaque entreprise afin que chaque acteur concerné puisse organiser d’autres exercices spécifiques pour améliorer ses procédures d’urgence.

 

Sécurité des grands événements

Visites et Sommets exceptionnels : la sécurité coordonnée

Du 20 mars au 3 avril 2014, la Belgique a accueilli une concentration exceptionnelle de Sommets EU et OTAN, ainsi que les visites des Présidents américain et chinois. Avec la venue de 130 délégations de chefs d’Etat et de gouvernement, ces 2 semaines ont nécessité une organisation hors normes. Il en fut de même pour l’organisation du G7 en juin 2014 à Bruxelles. Le Centre de Crise a veillé avec ses partenaires à trouver un équilibre entre les aspects de sécurité, de protocole et la réduction des nuisances pour les habitants des quartiers concernés par ces événements.

Collaboration lors de grands événements

Le Centre de Crise a suivi quelques 1.035 manifestations en 2014. Qu’il s’agisse des manifestations quotidiennes, des événements sportifs ou populaires, le Centre de Crise veille quotidiennement à la coordination de la sécurité des événements de grande ampleur susceptibles d’avoir un impact majeur sur l’ordre public et la sécurité de la population. Afin de garantir la sécurité lors de grands événements, un questionnaire multidisciplinaire a été élaboré à destination des organisateurs et autorités locales.

 

Information sur les situations d’urgence

BE-ALERT : 2,5 millions d’inscriptions

En mars 2014, le Centre de Crise a lancé le projet pilote Be-Alert. Ce sont 33 communes et 11 Services fédéraux des gouverneurs qui ont pu le tester en 2014. La commune de Zelzate a, quant à elle, pu l’expérimenter lors d’une réelle situation d’urgence (un incendie industriel survenu le 7 novembre 2014). Fin 2014, la base de données contenait environ 2.500.000 contacts. Les citoyens peuvent en effet s’inscrire via la site www.be-alert.be pour être informés en cas de situation d’urgence. Des capsules vidéo ont été réalisées à destination des sourds et malentendants. Elles leur expliquent en langue des signes comment s’inscrire à BE-Alert.

Communiquer sur les risques

En novembre 2014, le Centre de Crise a lancé un site web d’information préventive sur les risques : www.info-risques.be. Il permet aux citoyens d’avoir une meilleure idée des risques qui les entourent afin de se protéger et de se préparer à certaines situations d’urgence. « Informés. Préparés. Ensemble. » : ce site web sensibilise son public aux principes d’autoprotection et de solidarité en crise. Pour développer cette information préventive à tous les niveaux de pouvoir, des lignes directrices ont été diffusées au même moment afin d’aider les autorités locales à « Communiquer sur les risques ».

 

Perspectives 2015

Nucléaire : actualiser dans une démarche de professionnalisation continue

Identifié parmi d’autres risques, le risque nucléaire nécessite des procédures et plans d’urgence spécifiques. Au niveau national, le Plan national d’urgence nucléaire et radiologique de 2003 est actuellement en cours d’analyses afin de disposer en 2015-2016 de procédures actualisées au niveau national et local, tenant compte des récentes actualités et exercices en la matière ainsi que des accords issus de discussions internationales menées entre experts et avec nos pays voisins.

Si en 2014 un exercice spécifique a été organisé pour le site de l’IRE à Fleurus, en 2015 ce sera un exercice de grand ampleur qui sera organisé pour les sites nucléaires à Mol-Dessel afin de tester les avancées de cette actualisation du Plan national d’urgence nucléaire. 

Radicalisme : une action de coordination poursuivie pour la sécurité de tous

Phénomène international touchant plusieurs pays européens, la radicalisation ayant conduit au départ de Belges vers la Syrie est suivie de près en Belgique. De nombreuses actions ont été menées en 2014, et le seront encore en 2015, par les autorités pour contrer ce phénomène. En tenant compte des évolutions récentes, le Centre de crise contribuera en 2015 à la révision du Plan de lutte contre la radicalisation.

Au Centre de crise, les Services de police et de renseignements, l'OCAM, le SPF Intérieur (DG Sécurité et Prévention et Office des étrangers) et les Affaires étrangères se sont réunis régulièrement au sein d’une « Task Force Syrie » afin d’échanger les informations entre services, d’examiner les décisions sur les mesures à prendre et de répartir concrètement les tâches à accomplir. En 2015, le Centre de crise contribuera à l’adaptation de la circulaire relative à la gestion de l’information et aux mesures prises concernent les « Foreign Fighters » qui séjournent en Belgique.

Gérer l’information pour renforcer la gestion de crise

Le Centre de crise lancera en 2015 les procédures utiles pour un portail web sécurisé afin d’optimaliser l’accessibilité et la diffusion d’information en planification d’urgence et gestion de crise. Cette plateforme de sécurité multidisciplinaire, disponible 24h/7j pour les autorités et services d’urgence et d’intervention concernés, reprendra également une méthodologie en matière de gestion de l'information lors de situations d'urgence.

Alerte de la population: Plate-forme BE-Alert définitive

L’équipe désormais au complet prépare la procédure de marché public qui permettra de sélectionner le fournisseur du futur système BE-Alert.

Après avoir publié l’offre, dans le courant du printemps, il sera question de sélectionner des potentiels fournisseurs puis de négocier avec eux. A la fin de la procédure, un seul fournisseur sera sélectionné et à ce moment-là, la balle sera dans son camp. Au terme de ces différentes étapes, une nouvelle plateforme BE-Alert sera livrée et disponible pour les bourgmestres et les gouverneurs ainsi que pour le gouvernement fédéral.

Néanmoins, BE-Alert sera un outil évolutif et dynamique appeler à s’adapter aux réalités et aux demandes de la communication de crise, afin de délivrer une alerte rapide, fiable et précise aux citoyens concernés par une situation d’urgence.

 

Vous trouverez plus d'informations et un retour sur les activités des autres Directions générales du SPF Intérieur dans le rapport complet: Rapport d'activités 2014 du SPF Intérieur