16h30 - Bilan provisoire des victimes des attentats

Quant aux victimes blessées

Les services de secours ont enregistré cette semaine 2.449 personnes concernées par les attentats, parmi lesquelles 340 blessés. Actuellement, 101 blessés sont encore hospitalisés, répartis auprès de 33 sites hospitaliers. Parmi ces 101 blessés, 62 sont encore en soins intensifs et 32 dans un centre pour grands brûlés. Ceux-ci nécessiteront un soin spécialisé et une longue revalidation.

Beaucoup de personnes vivent actuellement un choc psychosocial en raison de ce qu’ils ont vécu et vu. Les experts de la Santé publique sont prêts à aider ces personnes à passer cette période difficile.

Télé-Accueil (107) offre par ailleurs aux personnes qui en ont besoin une écoute attentive. Vous pouvez également toujours en discuter avec votre médecin de famille.

Quant aux victimes décédées

Suite aux attentats à Brussels Airport et au métro Maelbeek, le bilan temporaire s’élève à 31 personnes décédées. A côté des 3 auteurs, 28 personnes ont perdu la vie. De ces 28 victimes, 24 ont pu être identifiées dont 14 ont perdu la vie lors de l’attentat à l’aéroport et 10 dans le métro.

Parmi les 24 personnes décédées identifiées, nous déplorons 13 victimes de nationalité belge et 11 victimes de nationalité étrangère. Les familles des personnes décédées ont appris la triste nouvelle via le service spécialisé d’aide aux victimes de la police locale.

 

Quant aux victimes étrangères

Pour les victimes de nationalité étrangère actuellement confirmées, le SPF Affaires étrangères a informé les ambassades concernées, tant pour les personnes décédées (de 8 nationalités différentes) que pour les personnes blessées (de 19 nationalités différentes).

Depuis le début, des contacts systématiques ont eu lieu avec les ambassades à Bruxelles. Toutes les ambassades disposent des données relatives aux blessés dont la nationalité a pu être confirmée.

 

Processus d’identification

Suite aux attentats du mardi 22 mars, l’équipe du DVI de la Police fédérale a immédiatement été activée. Sur les lieux-même, ils se sont occupés des corps des personnes décédées – selon des procédures déterminées et avec le plus grand respect – et les ont acheminés vers Louvain et Neder-Over-Heembeek. Les corps et parties de corps y ont été inventoriés.

Les autorités souhaitent apporter des certitudes aux proches dès que possible. C’est pour cela que le DVI travaille intensément. Le DVI souhaite être certain à 100% et ne pas commettre d’erreur en la matière. Une reconnaissance visuelle n’est en la matière pas suffisante et est toujours confrontée scientifiquement.

Le processus d’identification suit scrupuleusement une procédure stricte. La commission d’identification agit sous la direction d’un magistrat et est composée du responsable du DVI, d’un coordinateur du DVI, d’un médecin légiste, d’experts en matière d’ADN, de dentition,… Un observateur d’Interpol est également présent afin de veiller au suivi de la procédure. 

Dès qu’une identification est formelle, tout est mis en œuvre afin d’informer la famille concernée de la triste nouvelle. Il leur est aussi permis de se recueillir auprès du défunt.

 

Numéro d’information 1771

Le mardi 22 mars, un numéro d’information a immédiatement été activé afin de répondre aux questions de la population. Les heures d’ouverture du numéro d’information (ce week-end, entre 8h et 18h) seront adaptées les prochains jours en fonction du nombre d’appels reçus.

Jusqu’à aujourd’hui, 17.770 appels ont été reçu au 1771. 

22 mars : 10.000 appels

23 mars : 5.000 appels

24 mars : 1.800 appels

25 mars : 730 appels

26 mars : 240 appels

 

Le Centre de Crise fait partie du Service Public Fédéral Intérieur